La peur au ventre!

Récits de chasses, photos et vidéos.
Les jolis textes et belles images sont appréciés.
Avatar du membre
Xav28
Ancien
Messages : 1867
Enregistré le : sam. janv. 21, 2006 11:00
Localisation : Lucé, Eure et Loir (28)
Contact :

La peur au ventre!

Message par Xav28 »

Je me pose cette question: "Qu'est ce qui vous fait peur le plus lors de vos chasses?"
En effet, moi j'ai une trouille de la grêle! En voyant ce qui tombe parfois en fance et dans le monde, j'ai horreur de ça!
Un orage début Mai 1998 sur Chartres j'ai eu un orage le plus violent que j'ai vécu! Le must du must! Une masse noir parcourue de flash verts, avec des stratus blanc gris qui défilaient à vitesse grand V dessous! Aucun bruit, et venant de l'horizon un bruit continu me demandant ce que c'était?! Le pire s'est que le ciel devenait de plus en plus noir limite dans la nuit! Les flash toujours verts illuminaient cette noirseur sans tonnerre mais toujours ce bruit qui se rapproche! Et puis d'un coup des grêlons se sont mis à rebondir au sol gros de plus d'un cm! Et là j'étais impressionné par ce bruit et ces machins qui touchaient le sol avec des bons gigantestques!! ça a duré à peine 3min, ça s'arrête d'un seul coup! Et là un front de rafale et un vrai!! Les nuages étaient bas mais comme je ne l'avais jamais vu! Le vent s'est levé d'un seul coup avec une pluie on y voyait pas à 2m!!! Durée 10min!!
Gros dégâts sur les gouttières et les arbres penchaient par les fortes rafales (120km relevé à Chartres)...un orage mémorable que j'ai revécu en juin ou mai 1999 mais là sans grêle!

Donc maintenant dès que je vois un rideau de pluies de reflet vert ou de flash vert, je me tire!!!!
Lors d'une chasse direction Orléans on a croisé limite une cellule méso! Des nuages laminaires et un front de rafale que je n'avais pas revu depuis un bout temps! Et là derrière ce mur, un rideau de pluie de couleur vert! Allez hop les gars moi je fais demi tour!! JR et Jatenlorage était d'accord!
Le front nous ait passé juste devant le nez...un spectacle inoubliable! Bientôt dans la rubrique vidéo de notre site ;)

Et alors vous c'est quoi vos craintes? Grêles, foudres, pannes de voiture, rafale de vent,................. :?:
Nikon D4 et D800E + Nikkor 14-24 , Carl Zeiss ZF2: 15mm, 18mm, 50mm, 35mm et 85mm.
Book photo: http://www.xavier-delorme.book.fr/

A bientôt ...
Xavier

DanielV37
Ancien
Messages : 583
Enregistré le : ven. janv. 20, 2006 08:19
Localisation : Belgique / Bruxelles
Contact :

Message par DanielV37 »

Hello Xavier,

Voici ma peur au ventre.

Cela devait être en 1994, dans la région de Liège un jour d'orage assez locale et peu actif et une très légère pluie.

Alors que j'étais au pas de la porte occupé de regarder les éléments, je me suis pris d'une bête idée, mais alors vraiment une ‘bièsse d’idaiee’ de prendre une chaise et aller m'assoir sous le seul sapin du jardin, question d'être plus près de la nature quoi.

Je saisi donc une chaise dans la cuisine, passe le seuil de la porte emportant ma chaise sous le bras, le regard fixe vers mon lieu de destination, il devait y avoir à tout casser 7 mètres tout en sachant que je devais emprunter le seul petit passage bétonné allant jusqu'au fond du jardin.

Et c'est alors quelque chose se passa.

Un flash et un bruit sec et net se produisit, me laissant sans respiration un certain moment, le temps de comprendre ce qui c’était passé.
Lors de ce temps de réflexion, j’entendis près de moi un bruit de métal, tel une balle de ping-pong finissant son immobilisation.
C’était une des petites boites de conserves qui se trouvait peu avant sur l’un des poteaux afin d’éviter la progression trop rapide de la rouille à son extrémité.

J’ai très vite compris en relevant le regard vers le chemin que la foudre était tombée à moins de 4 mètres de moi sur un de ces poteaux que j’aurai du frôler quelques secondes plus tard.

Il va s’en dire que je suis vite revenu au seuil de la porte et que la chaise me fit d’un très grand secours, j’étais quelque peu sous le choc et je n’avais, et n’ai toujours pas confiance à ce vieil adage qui veux que la foudre ne tombe jamais au même endroit.

Après l’orage, j’ai inspecté la boite de conserve, une très belle fente de 1cm et une couleur bleuâtre, quant au fil à linge, sectionné à plusieurs endroits et complètement dénudé.

Cette expérience ne m’a pas frustré pour autant, mais depuis ce jour j’ai pris conscience du danger, et même lors de mes chasses je surveille mon environnement sur de potentiels coups de foudre très proches.

Techniquement parlant : Les poteaux ne mesurent pas plus de 2m, le sapin à 3m de là devait faire 20m de haut. Je pense qu’un traceur a été formé grâce au sapin et qu’au final la décharge c’est faite sur un point moins résistant électriquement.

Je peux dire merci à mon ange gardien d’être encore là aujourd’hui.

Amicalement

Dan
"T'as pas besoin d'un flash quand tu photographies un lapin qui a déjà les yeux rouges." JC Vandamme

Avatar du membre
Vincent Lhermet
Ancien
Messages : 272
Enregistré le : ven. janv. 27, 2006 00:09
Localisation : Nîmes (30)
Contact :

Message par Vincent Lhermet »

Comme Xav ma crainte principale est la grêle, surtout la nuit quand on la voit pas arriver !

Petite frayeur le 11-09-2004 sur le Causse de Sauveterre (Lozère) où en pleine nuit (aucune visibilité) alors que j'étais à l'arrêt en train de filmer les éclairs (trop de pluie pour photographier) je me suis ramassé un front de rafale je pense : des rafales à 80-100 km/h à vue de nez avec de la pluie horizontale. Ma voiture bougeait :shock: Puis d'un coup de la grêle, petite mais avec le vent je vous raconte pas le vacarme sur la carrosserie : là j'ai démarré pour sortir de là... Pas de bobos sur la voiture.

Cet été le 10 Août, énorme orage de grêle toujours en Lozère : je voyais le rideau très épais arriver et surtout le bruit des grêlons qui tombaient dans la forêt qui se rapprochait :? Pas d'échappatoire possible, j'étais au sommet du truc de Fortunio à 1551 m et il n'y a qu'une route. Heureusement l'orage est mort au dessus de moi et j'ai eu que quelques grêlons. En redescendant, les prairies étaient couvertes de 5 à 10 cm de grêle, les arbres hachés et le village en bas avait eu des dégats avec des grêlons de plusieurs cm...

En Juin 2003 : un orage a laché des grêlons comme des boules de pétanque :shock: :shock: à côté de Clermont ! J'y suis passé une semaine après : impressionants les dégats : des trous comme le poing dans les toitures en ardoise, les voitures explosées... :? Là on se dit qu'il valait mieux pas être en dessous.

Sinon début septembre 2002 à côté d'Aix en Provence : un orage énorme, typique de la Méditerranée au début de l'automne : 70 mm en 2 heures dont sans doute 50 en 30 mn, je me suis retrouvé dans une rue en pente avec 20 cm d'eau qui dévalait et la voiture qui été déportée :? Pas glop sur le coup :roll:

Pour l'instant je n'ai jamais eu de grosses frayeurs avec la foudre, même si dès fois c'est limite avec des impacts à 200-300 m et les vitres de la voiture qui vibrent sous la déflagration...
Mais c'est vrai que j'y pense quand même (plutôt après coup) comme dit Phil c'est quand même le plus dangereux (hors accident de la route).
Modifié en dernier par Vincent Lhermet le jeu. févr. 02, 2006 19:15, modifié 2 fois.

Philippe Talleu
Ancien
Messages : 1109
Enregistré le : sam. janv. 21, 2006 14:44
Localisation : les Flandres nord de la France
Contact :

Message par Philippe Talleu »

moi ça peut paraître évident
mais j'ai peur du foudroiement
quand on connaît les nombreuses séquelles possibles
franchement cela fait peur et j'y pense à chaque chasse...

Phil :shock:

Avatar du membre
Vincent Lhermet
Ancien
Messages : 272
Enregistré le : ven. janv. 27, 2006 00:09
Localisation : Nîmes (30)
Contact :

Message par Vincent Lhermet »

Ah oui j'oubliais l'essentiel :roll:

Ce n'était pas lors d'une chasse, je rentrais de week-end en Lozère vers Aix.
Je me suis retrouvé sous l'orage en "V" du Gard de Septembre 2002 à son début entre Nîmes et Alès pile à la pointe du "V" :roll:
De gros coups de foudre et surtout la pluie dilluvienne ! L'eau ruisselait de partout en charriant des cailloux et la route commençait à être recouverte, c'était un dimanche soir donc tous les Nîmois rentraient de week-end : embouteillage total en pleine garrigue pendant 15 mn avec l'eau qui montait (à peine 10 cm à ce moment là heureusement). Finalement j'ai pu passer et m'en sortir. 4 heures après, la route que j'avais emprunté étaient submergée par plus de deux mètres par le Gardon et ses affluents avec plusieurs victimes et des dizaines de voitures emportées :?

C'était vraiment juste ce jour là ! Mais comme je l'ai dit, pour une fois je n'étais pas sous l'orage de façon volontaire. Dommage je n'avais pas d'appareil ni de camescope à l'époque...

Gilles Duperron
Ancien
Messages : 1578
Enregistré le : sam. janv. 21, 2006 20:08
Localisation : Genas Lyon
Contact :

Message par Gilles Duperron »

Ma plus belle frayeur fut lors d'une chasse (lune de mes premières), le long de la cote atlantique. Alors que j'étais en vacances, la voiture prisonnier à l'interieur de l'enceinte du camping, j'ai du me resoudre à aller poursuivre l'orage à pied, muni d'un trepied et du fourre tout.
Limite pour un vraie chasse, mais l'orage était la et se deplacait le ong de la cote, il sevissait sur l'ile de ré, sans touché la cote elle meme...
à 3 Km du camping je pose mes affaires le long de la digue. peu de vent, le front de l'orage qui se dirige vers la rochelle à 8-10 km de moi...
Et soudainement le vent qui vient de la mer, au alentours de 60-70 km/h, à tel point que mon appareil sur son trepied s'est retrouvé au sol... et la pluie, intense durant dix minutes.
Mais pas une once d'abris, mon seul refuge, un gros rocher pour eviter la pluie de coté, et une voiture d'un pecheur pour y refugier mon fourre tout dessous...
µEt l'attente, de la fin de cet enfer, mais les yeux emmerveillé par les impacts tombants dans les environs (le plus proche à 400 m).
Seul au monde, voila ce que l'on pense...
Puis calme et serenité soudaine. Et la on se dit finalement que l'on a echappé à ce qui aurait pu etre le dernier orage de votre vie... :?

On mesure alors les riques entrepris par cette passion et on revient sur terre... on se renseigne et on fait tout pour pouvoir admirer le lendemain les photos, quitte à sacrifier les meilleurs moments...
Resultat de cette soirée, un appareil hs pour 2 jour (le temps qu'il mis pour que l'electronique soit sechée), legerment fendu en 2 endroits, et la promesse de baisser au maximum le trepied pour les prochaines prise de vue.
L'orage en bord de mer : totalement imprevisible et puissant, voilà un adversaire dangereux :!:

Avatar du membre
Xav28
Ancien
Messages : 1867
Enregistré le : sam. janv. 21, 2006 11:00
Localisation : Lucé, Eure et Loir (28)
Contact :

Message par Xav28 »

En effet Gilou il faut surveiller le ciel!! L'orage en formation ne prévient pas, on aperçoit sa masse dans la nuit mais on ne distaingue pas sa maturité! C'est cela qui nous à piéger l'année dernière lors d'une Chasse à Gien ;)
La fin de l'onde orageuse, on croyait que c'était terminé, mais on apercevait d'intense luminosité toutes les 10 min d'une cellule entrain de mourir!
On était dehors de la voiture moi qui prend les photos sur la voiture, JR et Jatenlorage à 20m de la caisse pour mieux admirer l'orage mourrant au dessus d'une forêt. Les éclairs illuminés le dessus de la forêt à 10km de là. Mais une masse sombre menaçante m'a semblé suspecte, je leur dits regarder ce qui nous arrive dessus! Mais aucun signe de vie de cette masse...et puis d'un coup énorme lumière éclairant toute cette masse un truc de dingue! Les 2 zigotos sont revenus sans se faire attendre! c'est pour cela que je m'éloigne jamais de ma caisse au cas où! Mais cette impact aurait pu tombé plus près de nous!
C'est pour cela que je surveille tout ce qui arrive sur moi on ne voit pas et on peut pas le deviner ;)
Nikon D4 et D800E + Nikkor 14-24 , Carl Zeiss ZF2: 15mm, 18mm, 50mm, 35mm et 85mm.
Book photo: http://www.xavier-delorme.book.fr/

A bientôt ...
Xavier

Philippe Talleu
Ancien
Messages : 1109
Enregistré le : sam. janv. 21, 2006 14:44
Localisation : les Flandres nord de la France
Contact :

Message par Philippe Talleu »

en effet Xav la nuit ne nous aide pas pour apprécier l'évolution des cellules,
on peut en mitrailler une au Nord (par exemple) alors qu'une seconde s'active au Sud sans que l'on s'en rende compte,
c'est là quand même que le détecteur portatif est utile car il doit en principe détecter une activité intranuageuse à peine visible lorsque tu lui tournes le dos et que tu pense que ces lueurs proviennent tous de l'orage que tu comtemples au Nord
le détecteur indique l'orage le plus près et il indique si l'orage s'approche ou s'éloigne du traqueur.

Phil :wink:

Avatar du membre
fryz
Ancien
Messages : 122
Enregistré le : ven. janv. 27, 2006 22:54
Localisation : Besançon (25)
Contact :

Message par fryz »

:o perso je n'aime pas trop l'imprévisible ....
et le seul phénomène qui me rend si petit sous un orage c'est bien évidemment la Foudre...
la grêle, le vent, les tornades sont repérable à l'avance...
Mais la foudre qui sait ce qui lui prendra de frapper...

:shock: Le plus grand stress que j'ai eu c'est un jour de printemps où j'étais parti me balader en Vtt à 30km de chez moi...
Et là quelle joie de voir des congestus se former doucement mais sûrement .... surtout un 30 Mars!!! (2003)
mais le souci était que les coups de foudre se rapprochaient rapidement alors qu'il me fallait faire 30km retour en plaine :roll:
je dois dire que ce jour là je n'ai jamais pédalé aussi vite tout en ayant la fascination de regarder le colosse qui me ratrapait...
Mon père est venu à mon "aide" en voiture "LOL" mais c'était surtout pour pouvoir récupérer mon camescope et filmer... (que je dis :lol: )

Maintenant la voiture me semble un bon moyen de transport LOL ;)
http://membres.lycos.fr/fryz2002/photoalbum4.html (bas de page)

Avatar du membre
Samuel Desmarchais
Ancien
Messages : 58
Enregistré le : ven. janv. 27, 2006 15:47
Localisation : Tarn-et-Garonne
Contact :

Message par Samuel Desmarchais »

Comme Fryz, je n'aime pas l'imprévisible. Lors de la nuit du 17 août dernier dans les pyrénnées, alors que je regardais des lueurs d'orages se développant vers le nord, j'ai eu un frisson en voyant grossir une masse sombre au dessus de moi. Seul au milieu d'un pré sur un versant, je n'ai pas fait le fier lorsque la première lueur intranuageuse est apparue. Heureusement, la cellule naissante s'est décalée de deux kilomètres avant de laisser tomber ses tous premiers coups de foudre. Ce furent d'ailleurs mes meilleures photos de chasse (dernières images de ma gallerie)

La même nuit, réveil en sursaut sous la tente avec un autre orage qui aprochait. Une monstrueuse barre nuageuse nette constamment illuminée d'éclairs arrivait à vitesse grand V. Juste le temps de réveiller ma copine et nous avons traversé en courant le camping sous les premiers grélons et les chutes de petites branches, afin de gagner le bâtiment des sanitaires. Cette scène dantesque de course sous les éclairs et les rafales de vent reste encore gravée dans ma mémoire.

Curieusement, ni le vent ni la grêle ne me font peur au cours d'un orage, peut être parce que je n'ai jamais encore cabossé ma voiture. C'est la foudre que je craint le plus car on ne sais jamais de quelle humeur elle est et ce qu'elle va avoir envie de frapper. Je suis donc très "trouillard" ce qui m'empêche de faire des clichés rapprochés d'éclairs.

Lorsque j'étais ado, je me suis fait une bonne frayeur également en regardant sur la terrasse de mes parents un ciel chaotique évoluer lentement. Soudain, l'antenne radio-amateur de mon père (7 m de haut dréssée sur un angle de la maison) située à 5 mêtres de moi a produit un violent crépitement électrique. Moins d'une demi-seconde plus tard, violent coup de tonnerre attestant d'un coup de foudre proche. A mon avis, il y'avait du traceur dans l'air...

DanielV37
Ancien
Messages : 583
Enregistré le : ven. janv. 20, 2006 08:19
Localisation : Belgique / Bruxelles
Contact :

Message par DanielV37 »

Oui Samuel,

Etant radioamateur également, les jours de concours ou d’envie de faire de la radio non stop, j’ai tendance à m’enfermer dans ma pièce et ignorer ce qui se passe dehors.

Je me rappel qu’un jour après plusieurs heures de contacts ininterrompues, une augmentation lente et constante des parasites (QRN) se produisit, le s-mètre s’affolait.
Je me demandais d’où pouvait bien venir ce bruit… encore un voisin avec sa tondeuse à gazon, en VHF, bizarre?

C’est alors qu’un violent coup de tonner surgi et de suite les parasites se sont estompés.
4 à 4 je monte les escaliers donnant vers le grenier et déconnecte toutes les antennes, l’orage en formation était très proches.

Cette augmentation des parasites en VHF est due à l’ionisation de l’air, et il n’est pas rare lors d’orages, d’entendre des crépitements aux bouts des câbles coaxiaux.
Quoique l’opération soit dangereuse, mieux vaut attendre une décharge de l’air avant de procéder à la déconnexion d’une antenne, la différence de potentiel crée par cette rupture du circuit peut engendrer une électrocution !!!
NB : Basé sur le même principe, la mesure du champ électrique est un outil fort utile pour prévenir les orages, voir les capteurs MILL.

Cordialement et 73’s

Dan
"T'as pas besoin d'un flash quand tu photographies un lapin qui a déjà les yeux rouges." JC Vandamme

Avatar du membre
Damien_49
Ancien
Messages : 453
Enregistré le : sam. janv. 28, 2006 04:42
Localisation : Ancenis (limite 44-49)
Contact :

Message par Damien_49 »

Je crois que j'avais déjà raconté ma plus grosse frayeur sur IC, mais je vous la reraconte pour chasseur-d'orage.com :wink:

C'était pendant mes vacances en Corse en août 1990 à Ghisonaccia. J'étais au camping Arinella Bianca à Ghisonaccia.

J'ai retrouvé un article de journal, je l'ai recopié :

Ca c'était sur la Une du Journal :
Ghisonaccia-sur-grêle !
La saison est capricieuse...Après la tornade qui s'est abbatue mercredi sur Ghisonaccia, les rues et les jardins avaient pris des allures de station de sports d'hiver : à n'y plus rien comprendre ! Hélas le bilan est lourd pour les agriculteurs qui ont vu leurs cultures détruites à 100% par la grêle --> Page B (Pistoresi).
Là c'est l'article complet :
Coup de Tabac sur Ghisonaccia
Des dégâts, 350 campeurs et vacanciers évacués, mais pas de victime

16h30 : la plage est très peuplée en cette après-midi d'août où les touristes profitent au maximum de leurs loisirs. Soudain le ciel s'obscurcit, des éclairs le sillonnent. Pressentant la pluie, les vacanciers rangent rapidement leurs affaires pour rejoindre leurs voitures, caravanes ou tentes. Ils auront à peine le temps de le faire car en quelques minutes, c'est un vrai déluge qui va s'abattre sur la région. "comme si le ciel nous tombait sur la tête" dira un peu plus tard, un témoin, médusé, de cette brusque colère du ciel.

Très vite la situation devient difficile : Une longue file de voitures est bloquée sur la route de la mer : la violence des précipitations, pluie, grêle, est telle que même la lumière des phares n'arrive pas à percer le rideau d'eau. D'énormes grêlons martèlent les carroseries et menacent à tout moment de casser les pare-brise, ce qui arrive d'ailleurs plus d'une fois. Dans le centre-ville la couche de grêle atteindra 20 cm sur les trottoirs et la chaussée se transformera en un torrent roulant des eaux tumultueuses. Quant aux maisons l'eau s'y infiltre par les fenêtres, les portes...alors que tous les habitants armés de moyens de fortune s'efforcent d'évacuer cet hôte indésirable !
Une 1/2 heure plus tard, une 1/2 heure d'affreuse tourmente, aussi soudainement qu'il est venu, l'orage cesse. Le calme semble revenir.
Mais le bilan est lourd. Les violentes rafales de vent ont cassé des vitres, des branches, des arbres, renversé les containers municipaux, des tables, des chaises sur les terrasses des cafés, arraché des stores aux devantures des magasins...Sans parler de la panique qui s'est instaurée au niveau de la circulation avec un bouchon de plusieurs kilomètres aux sorties sud et nord de la cité.

Les plus touchés sont comme toujours les campings et villages de vacances. De nombreux vacanciers ont dû fuir tentes et caravanes, cernées ou envahies par les eaux. 350 d'entre eux qui ont dû abandonner leur lieu de villégiature seront hébergés grâce à l'intervention de la municipalité et du capitaine Coque, aussi bien dans l'enceinte caserne des pompiers pour ceux d'Arinella Bianca (celui là c'etait mon camping) et de Marina d'Oru que dans un hangar appartenant à la famille Chiodi pour ceux du camp des Belges. Parallèlement, tous les moyens de pompages disponibles ont été mis en action aussi bien ceux des secouristes que ceux disponibles dans les camps. Tous les secours existant étaient évidemment sur le pied de guerre : pompiers, gendarmes, forestiers sapeurs...car tout laissait craindre le pire.

Fort heureusement les dégâts n'ont été que matériels et aucune victime n'est à déplorer. Au niveau des cultures les dégâts risquent d'être considérables. Il faudra cependant plusieurs jours pour les recenser avec précisions, mais on craint le pire tant pour le vignoble que pour le maïs. Sur le CD 344 entre Ghisonaccia et Ghisonaccia-Gare, de nombreux arbres arrachés ont été tronçonnés, puis évacués par les services de la DDE et les gendarmes. En mer à Ghisonaccia quelques plongeurs surpris par cette tempête subite ont été secourus par le Zodiac des pompiers.

L'orage a été très localisé et dans les environs, rien de semblable ne s'est produit si ce n'est une petite pluie fine plutôt bénéfique.

PISTORESI

On était dans le camping dont il parle dans l'article, quand un violent orage s'est abattu. Les tentes étaient plantés au bord d'un petit ruisseau qui passait dans le camping (idéal pour pêcher). En moins de 20mn, le ruisseau a doublé de volume jusqu'à déborder sur tout le camping. Il pleuvait vraiment fort. Notre voisine avait deux enfants en bas âge avait toutes ces affaires inondés et qui partaient dans le ruisseau devenu tumultueux. Mes parents sont partis l'aidés ainsi que d'autres. Moi j'avais 10 ans seulement.

C'etait la panique dans tout le camping. Creuser des tranchés autour des tentes n'y a rien fait. Tout a été saccagé et inondé.

C'est la première fois que je voyais véritablement les ravages que l'eau d'un orage pouvait causer. Je n'ai jamais voulu repêcher dans ce ruisseau par la suite.

Mon goût pour les situations à risque vient peut être de là.

photo de l'article du journal
Image

notre table de camping au bord du ruisseau au début de l'orage (on voit la grele qui commence à s'ammacer alors que nous sommes au milieu des arbres. Je n'ai pas de photos pour la suite. C'était un peu la panique et les photos on y a pas pensé.
Image

Avatar du membre
Lisa
Habitué
Messages : 661
Enregistré le : ven. févr. 03, 2006 15:05
Localisation : St Yrieix le Déjalat - Corrèze
Contact :

Message par Lisa »

avant lorsque je chassais seule dans le Gard ma plus grande peur était de m'endormir au volant surtout depuis que j'avais failli me retrouver les 4 roues en l'air. En effet, après 3 nuits blanches à chasser la 4 ème aurait pu être fatale :?
Maintenant que j'ai mon conducteur je n'ai pu cette peur.

La seule chose que je crains c'est la grêle, j'ai horreur de ça.

Voili voilou
A pluche
Lisa
-----Y'a pas que les orages dans la vie....y'a les coups de foudre aussi------
Petit Site de Lisa

Avatar du membre
Cyril Leroy
Ancien
Messages : 300
Enregistré le : ven. janv. 27, 2006 00:19
Localisation : Chartres (Eure et Loir 28)
Contact :

Message par Cyril Leroy »

Un évenement qui m'a marqué et m'a fait vraiment peur, est l'orage du 30 avril 1993 qui s'est abbatu sur Chartres. (JeromeR28 peut vous en parler aussi lol)

Ce fut un orage d'une extrême violence qui avait duré environs 3h (de 8h30 à 11h30). Certe, à l'époque je n'avais que 11ans, mais je peux vous dire que j'étais tout seul avec ma petite soeur dans la maison et que c'était très flippant. Des coup de tonnerres "horribles" qui n'arretaient pas de faire trembler la maison.
On était cloitrés dans la cuisine, avec toute les portes fermées. Je me rappelle même qu'avec ma soeur, j'avais pris un petit livre sur la météo et lui faisait voir les differents nuages. Je lui montrait l'image du Cb, en lui disant: "c'est cela qu'on a au dessus de nous", d'une voix tremblante...
Notre mère était revenu du travail pour nous ramené chez notre grand-mère.
Je me rapelle que vers la fin, on voyait cet orage partir vers l'O/SO. Vraiment étrange comme trajectoire par ici, et même la saison à laquelle il avait eu lieu...

Je me rappelle aussi que cette orage avait était mentionné dans le bulletin de TF1 et France2: "Un très violent orage s'est abbatu sur Chartres..."
Cyril Leroy

Image

Avatar du membre
Damien_49
Ancien
Messages : 453
Enregistré le : sam. janv. 28, 2006 04:42
Localisation : Ancenis (limite 44-49)
Contact :

Message par Damien_49 »

Ma deuxième plus grande frayeur est l'avis de tornade (alerte rouge) pendant une tempête tropicale que j'ai vécu en 1997 dans la baie de Norfolk (région de yoyo). Mais moi j'étais plutôt excité et super content de l'evenement, contrairement semblait-il à tout le monde. (je dévelloperais peut être un peu plus cette anecdote qui m'a marqué à vie plus tard).

Répondre