22/23 novembre 2019 - Plongée au cœur d'un épisode cévenol

Récits de chasses, photos et vidéos.
Les jolis textes et belles images sont appréciés.
Répondre
Avatar du membre
Sébastien Fraud
Habitué
Messages : 395
Enregistré le : dim. mai 22, 2011 22:25
Localisation : Montpellier
Contact :

22/23 novembre 2019 - Plongée au cœur d'un épisode cévenol

Message par Sébastien Fraud »

Bonsoir à tous !

Le retour du forum m’a motivé à enfin écrire le récit de 24h qui resteront à jamais gravées dans ma mémoire. Plus qu’une chasse photographique, c’est en véritable catharsis émotionnelle que s’est mu cet épisode cévenol particulier pour moi. Je fais le pari de vous présenter un long récit avant tout écrit, au propos probablement assez inhabituel sur ce site, mais illustré au maximum des quelques clichés que j’en ai rapportés.

--

L’été s’est estompé et l’immense chaleur accumulée par la Méditerranée, telle une bombe à retardement, attend une configuration favorable pour se libérer.

Ainsi, le creusement d’une dépression (nommée Cecilia) au large de la France le 22 novembre 2019 met en place les ingrédients propices à l’avènement d’un épisode méditerranéen intense. Les prévisions annoncent des pluies diluviennes sur les Cévennes, dont le maximum sera atteint dans la nuit du 22 au 23 novembre, avant de continuer d’évoluer jusqu’en Italie, occasionnant à leur passage de nombreuses inondations et résultant dans le décès de six personnes.

De mon côté, je m’intéresse à cet épisode, ayant en tête l’idée d’aller dans les hauteurs cévenoles, au cœur de cette démonstration de puissance de la nature, moteur de mes explorations artistiques de ces dernières années. De façon inexplicable, je ressens un besoin fort d’y aller, plus fort que mes peurs habituelles qui souvent me retiennent. L’aventure semble très risquée - le lieu où j’aimerais me rendre, proche du mont Aigoual (où le plus haut cumul du massif sera d'ailleurs relevé avec 193mm), se trouve au sein du zonage maximal du bulletin méditerranée de Keraunos - mais mon raisonnement est que le danger se situe surtout en vallée, où les ruissellements des reliefs se concentrent. Pour autant, je reste indécis durant l’après-midi du 22.

Le soir venu la tentation reste forte, mais je fais la route jusqu’à chez moi sans être plus résolu. C’est à mon arrivée que j’apprends le décès de ma grand-mère, qui s’est éteinte tranquillement à 96 ans après plusieurs années d’inexorable déclin dû à la maladie d’Alzheimer. Mon chagrin me décide : plus que le réconfort d’une soirée entouré de ma compagne et quelques amis, je ressens le besoin de partir me retrouver seul face à une nature dans son expression pure.

Je prends la route du Vigan et la pluie s’invite doucement. Montant dans les hauteurs, je ne tarde pas à être entouré d’un brouillard épais : je suis entré au sein du système nuageux dont le plafond est très bas. Me garant à proximité du parking du lac des Pises, et prenant soin de me placer en-dehors de potentiels ruissellements, je débute une nuit d’isolement, prisonnier dans ma voiture des pluies devenues abondantes. Seul avec mes pensées, je médite, joue de la guitare, écoute le martèlement de l’eau sur le toit, enveloppé des effluves d’une saucisse de Morteau aux lentilles… Mais la fatigue me rattrape et je m’endors, désormais bercé par le son de la pluie.

Je me réveille régulièrement dans la nuit, anxieux de vérifier l’état de la route sous mes pneus, et constate l’intensité de l’épisode, vague après vague de lames lourdes de pluies, espacées brièvement de relâchements que l’on pourrait difficilement qualifier d’accalmies. Parfois le son change et je devine la transformation de l’eau en grésil.

Au petit matin, je profite d’un moment favorable pour sortir et marcher jusqu’au lac, emballé dans mes protections imperméables. Le chemin est régulièrement inondé et j’abandonne rapidement l’espoir de garder mes pieds au sec.

Image

Autour de moi, malgré le soleil levé depuis plusieurs heures, l’épaisseur nuageuse est telle qu’il semble faire nuit.

Image

J’atteins la lisière de la forêt et me rend compte de l’utilité de cette dernière : elle bloquait le vent. Le lac en face de moi, direction sud-ouest, je suis désormais à découvert et prend de plein fouet la puissance venteuse du système. Le lac en témoigne : il est tumultueux, et se perd dans la brume. Je pourrais aussi bien être au bord d’un océan en pleine tempête.

Image

Je m’attelle alors à filmer, plus que photographier, mon environnement. C’est très difficile, la quantité de pluie que je reçois étant démesurée, mais il naît en moi une idée au niveau créatif qui, je l’espère, se concrétisera un peu plus tard dans l’année.

Je reste au milieu de ce tumulte incroyable, chaque accalmie se manifestant par un éclaircissement de la brume. En l’espace de quelques secondes, le paysage réapparaît, avant d’être à nouveau noyé dans les épaisseurs tempétueuses. Je suis obligé de rester dos au vent entre chaque prise de vue, tant la pluie m'assaille sans relâche. Sa puissance est phénoménale et je lutte pour rester debout.

Image

J’évolue ensuite tant bien que mal dans un paysage saturé d’eau, les contours du lac sans cesse apparaissant et disparaissant à ma gauche, fantomatiques.

Image

Image

J’explore la forêt et reviens à ma voiture. Je ressors en début d’après-midi et retourne au lac.

La violence des éléments s’est apaisée, et l’ambiance se transforme progressivement.

Image

Les volumes du ciel réapparaissent, et le paysage immobile, comme n’osant provoquer une nouvelle colère, s’égoutte doucement de son eau abondante.

Image

Enfin, les nuages se déchiquettent et pour la première fois de la journée - à environ 15h ! - j’ai la sensation de véritablement voir la lumière du jour.

Image

Le soleil lui-même réapparaît et illumine d'une brillance nouvelle les volutes désorganisés qui désormais traînent calmement dans le ciel.

Image

Les brumes encore accrochées aux reliefs s'embrasent, et la rage de la nuit passée semble déjà un lointain souvenir.

Image

Je me sens profondément apaisé, la nature ayant déchaîné sa furie puis retrouvé son calme comme au diapason de mon être. Je repars avec la sensation peu rationnelle mais très puissante que la nature m’a communiqué quelque chose d’essentiel, catalysant par sa manifestation physique une catharsis intérieure intense et le deuil de ma grand-mère.

Merci de m’avoir lu, en attendant, je l’espère, de pouvoir à nouveau partager avec vous des histoires d’inspiration face à la puissance de la nature, ce qui, je le crois, est ce qui nous rassemble tous ici. :)

“En mémoire de ma grand-mère adorée, des Lindt et des Toblerone, de l'escalier en bois, de la chaufferie effrayante, du jardin aux roses.”
Modifié en dernier par Sébastien Fraud le mer. mai 13, 2020 10:35, modifié 4 fois.

Avatar du membre
Will Hien
Modérateur
Messages : 6099
Enregistré le : mar. mai 27, 2008 17:17
Localisation : Tournus (71)
Contact :

Re: 22/23 novembre 2019 - Plongée au cœur d'un épisode cévenol

Message par Will Hien »

Une expédition, plus qu'une chasse, qui restera gravée dans ta mémoire à coup sûr... Les photos sont en effet inhabituelles, mais ça doit faire aussi partie d'un épisode méditerranéen.
Un joli récit en tout cas, pour saluer la mémoire de ta grand-mère. Merci du partage.

Avatar du membre
Maxime Daviron
Administrateur - Site Admin
Messages : 115
Enregistré le : mar. avr. 21, 2020 17:47
Localisation : Haute-Garonne
Contact :

Re: 22/23 novembre 2019 - Plongée au cœur d'un épisode cévenol

Message par Maxime Daviron »

Je vois qu'on a le même genre d'étranges envies quand se profile une tempête de ce genre. J'avais fait sensiblement la même chose en haute montagne cet automne, 24h dans la tente sous un déluge comme j'en ai rarement vu, abritant aussi des surprises qui auront valu l'effondrement provisoire d'une partie de ma tente :roll:

Je ne sais pas à quoi tient cette envie de se retrouver au cœur des choses, mais ton récit ne peut que me parler, du coup ! Une approche contemplative de quelque chose qui se ressent plus qu'il ne se photographie. Bien raconté :)

Avatar du membre
Sébastien Fraud
Habitué
Messages : 395
Enregistré le : dim. mai 22, 2011 22:25
Localisation : Montpellier
Contact :

Re: 22/23 novembre 2019 - Plongée au cœur d'un épisode cévenol

Message par Sébastien Fraud »

Will H71 a écrit :
ven. mai 08, 2020 03:00
Une expédition, plus qu'une chasse, qui restera gravée dans ta mémoire à coup sûr...
Oui, c'est pour ça que j'ai pas mal hésité à poster ce récit. Mais du point de vue de l'Hérault, il faut bien admettre que les épisodes méditerranéens/cévenols sont généralement les évènements météo les plus marquants de l'année. Pas toujours de nature orageuse, mais avec une nature violente qui les rend pertinents souvent pour les mêmes raisons. Et j'ai compris avec le temps que je préférais aller chercher ce qui m'inspire au bon endroit plutôt que de suivre les orages là où ils m'emmènent. À ce titre, je ne suis pas sûr de véritablement répondre au critère du chasseur d'orage !
Quant aux photos, elles reflètent ce que j'y ai vécu, et en effet, il s'agit surtout de brumes, d'ambiances très automnales, qui prennent un caractère un peu mystique dans ce massif si particulier. Je ne crois pas que cet événement ait occasionné beaucoup de foudre en plaine, et quand bien même, pour l'avoir vécu, c'est une tannée absolue, un permanent jeu de chat et de souris avec la pluie, et des bases peu élevées qui obstruent presque totalement les éclairs. D'autres du coin pourront sûrement en témoigner !

Merci pour ton commentaire, Will. Ça fait vraiment plaisir de retrouver des têtes connues.

Maxime : merci, de ta part, ça me fait vraiment plaisir ! Ton approche me parle beaucoup et la montagne est également mon terrain de jeu préféré (côté Alpes, étant issu des Alpes-de-Haute-Provence). J'ai en juin dernier attendu la fin d'un orage pour monter en altitude et l'ambiance post-orageuse y est devenu incroyable. J'aimerais beaucoup y travailler des ambiances de plein orage, mais c'est une approche délicate qui m'impressionne encore beaucoup (et à ce titre, certains de tes récits me sidèrent !). Il y a aussi, je crois, un peu moins de routes d'altitude facilement
accessibles que dans les Pyrénées. Mais j'ai quelques idées pour la saison à venir...

EDIT : je viens de remarquer qu'une photo était en doublon par erreur, c'est corrigé.

Avatar du membre
Eric Tarrit
Habitué
Messages : 122
Enregistré le : mar. mai 05, 2020 17:59
Localisation : Lyon
Contact :

Re: 22/23 novembre 2019 - Plongée au cœur d'un épisode cévenol

Message par Eric Tarrit »

Chouette récit Sébastien, j'aime beaucoup ton approche. Merci du partage

Avatar du membre
Martial
Ancien
Messages : 1258
Enregistré le : dim. mars 22, 2009 12:38
Localisation : Haute-Loire (43)
Contact :

Re: 22/23 novembre 2019 - Plongée au cœur d'un épisode cévenol

Message par Martial »

Les Cévennes sont tellement porteuses de fureur à l'automne, je suis content d'habiter la région et ne m'en lasserai jamais. Ce ne sont pas les épisodes qui apportent forcément les plus belles photos mais les sensations que l'on ressent ne peuvent pas se photographier. Ces épisodes imposent le respect le plus grand pour la nature, ils nous remettent à notre place, et ça, ça fait franchement du bien au moins une fois par an. Tout chasseur d'orage devrait pouvoir être le témoin au moins une fois de la puissance démesurée des orages cévenols.

De bien belles photos, très décalées de ce qu'on a l'habitude de voir, j'aime bien. Les séquences vidéos doivent mettre dans l'ambiance direct, j'imagine.
Image

Avatar du membre
Maxime Daviron
Administrateur - Site Admin
Messages : 115
Enregistré le : mar. avr. 21, 2020 17:47
Localisation : Haute-Garonne
Contact :

Re: 22/23 novembre 2019 - Plongée au cœur d'un épisode cévenol

Message par Maxime Daviron »

Sébastien Fraud a écrit :
ven. mai 08, 2020 11:11
Maxime : merci, de ta part, ça me fait vraiment plaisir ! Ton approche me parle beaucoup et la montagne est également mon terrain de jeu préféré (côté Alpes, étant issu des Alpes-de-Haute-Provence). J'ai en juin dernier attendu la fin d'un orage pour monter en altitude et l'ambiance post-orageuse y est devenu incroyable. J'aimerais beaucoup y travailler des ambiances de plein orage, mais c'est une approche délicate qui m'impressionne encore beaucoup (et à ce titre, certains de tes récits me sidèrent !). Il y a aussi, je crois, un peu moins de routes d'altitude facilement
accessibles que dans les Pyrénées. Mais j'ai quelques idées pour la saison à venir...
Merci à toi, concernant les routes d'altitude, il n'y en a pratiquement aucune de réellement intéressante en montagne ici (3 ou 4 peut-être), un peu plus dans le piémont, notamment espagnol. À vrai dire de ce que j'ai pu voir sur Google Earth, les Alpes en comptent en fait largement plus, et à des altitudes bien supérieures (ici il n'y a quasiment rien à plus de 2000m). Mon travail sur les orages en altitude se fait majoritairement à pied, ce qui fait aussi parti de la démarche (randonnée ou alpinisme selon les cas), grâce à des abris repérés au préalable et identifiés comme "à peu près sûrs" (à quoi il faut ajouter des précautions strictes une fois "dans l'action"). Je ne peux raisonnablement pas conseiller cette approche, mais je tâche de conserver la même rigueur quant à la sécurité que pour la pratique de la montagne tout court.

Avatar du membre
Vincent Lhermet
Ancien
Messages : 289
Enregistré le : ven. janv. 27, 2006 00:09
Localisation : Nîmes (30)
Contact :

Re: 22/23 novembre 2019 - Plongée au cœur d'un épisode cévenol

Message par Vincent Lhermet »

Très sympa le récit ! :thnaksjap: Les photos rendent bien l'ambiance particulière, en particulier du massif du Lingas qui est très sauvage (pas de village dans ce secteur).

Je suis également un amoureux des épisodes cévenols / méditerranéens : de la vraie puissance brute. Du coup j'attends l'automne avec impatience chaque année, même si ça signifie "fin de la saison".
Parfois (rarement) très photogéniques avec des gavages de foudre en dehors de la pluie (mais dans un secteur très réduit), souvent empreints de mystère.
Celui-là n'a effectivement pas été très électrique (trop tardif dans la saison) mais très venteux et riche en pluie, avec des crues assez fortes.

J'ai d'ailleurs vécu un peu les mêmes ambiances que toi lors de cet épisode puisque je suis monté au sommet de l'Aigoual en pleine nuit, sous le déluge et avec des rafales à plus de 150 km/h : une vraie machine à laver avec visibilité < 10 mètres :rock:

Au lever du jour je suis redescendu dans la vallée où les crues étaient assez fortes (mais pas catastrophiques), il y a des photos sur mon blog (pas du grand art, mais des images "documentaires" pour les crues) : http://vincentlhermet.blogspot.com/2019 ... lt-23.html
Modifié en dernier par Vincent Lhermet le ven. mai 08, 2020 19:05, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Sébastien Fraud
Habitué
Messages : 395
Enregistré le : dim. mai 22, 2011 22:25
Localisation : Montpellier
Contact :

Re: 22/23 novembre 2019 - Plongée au cœur d'un épisode cévenol

Message par Sébastien Fraud »

Eric : merci à toi de m'avoir lu !

Martial : en effet, et si je reste un inconditionnel des montagnes près desquelles j'ai grandi, j'ai découvert avec les Cévennes quelque chose d'unique, à la fois inspirant et intimidant par la profondeur de sa nature, et enrichissant humainement, avec son histoire si particulière. Merci pour ton commentaire ! Les vidéos me servent plus de témoignage et de base pour développer autre chose (musicalement notamment), car je n'étais pas bien équipé pour la vidéo, alors un 50mm non stabilisé dans de telles rafales de vent, autant dire que ce n'est pas du Spielberg...

Maxime : intéressant, j'aurais pensé l'inverse, sûrement à cause de mon expérience plutôt autour de ma région d'origine. Après, les Alpes, c'est vaste... Oui, j'aurais dû préciser, c'est également à pied que j'aime aller chercher les éléments, "au cœur des choses" comme tu dis plus haut. De fait, ta démarche me parle naturellement, mais elle a quelque chose de contre-intuitif : généralement, on vérifie bien qu'il n'y a pas de risque d'orages avant de partir en rando ! :-D

Vincent : Merci beaucoup, ta documentation de la montée de l'Hérault est impressionnante ! Quand je suis redescendu vers 18h il n'y avait plus grand-chose à voir, je ne pensais pas que l'eau était montée à ce point. L'Aigoual, ça devait être quelque chose...

Avatar du membre
Tristan Bergen
Modérateur
Messages : 188
Enregistré le : mer. sept. 01, 2010 21:56
Localisation : Grasse (06)
Contact :

Re: 22/23 novembre 2019 - Plongée au cœur d'un épisode cévenol

Message par Tristan Bergen »

Très intéressant et bien rédigé ce récit, on s'y croirait ! Les photos ont une atmosphère toute particulière qui retranscrivent bien l'ambiance que l'on peut retrouver dans un Cévenol, bravo !
J'ai moi-même pu tâter de l'épisode Cévenol orageux durant ma période Montpellieraine, je dois dire que c'est une atmosphère inédite, même pour un chasseur d'orage aguerri. Ces successions de fortes pluies entrecoupées de périodes soudainement plus calmes, au milieu des nuages bas, parfois du brouillard et entrecoupées de coups de foudre puissants et sporadiques, c'est quelque-chose qu'on ne retrouve pas ailleurs en France je pense. 8-)
Nikon D610, Nikon D7200
Facebook - Site internet - Instagram

Avatar du membre
Albert Sanchez
Habitué
Messages : 178
Enregistré le : mer. déc. 11, 2013 20:32
Localisation : Claret ( 34)
Contact :

Re: 22/23 novembre 2019 - Plongée au cœur d'un épisode cévenol

Message par Albert Sanchez »

Superbe récit Sebastien, et des clichés assez sympa, j'aime beaucoup l'ambiance qui s'en dégage :-D

Avatar du membre
Sébastien Fraud
Habitué
Messages : 395
Enregistré le : dim. mai 22, 2011 22:25
Localisation : Montpellier
Contact :

Re: 22/23 novembre 2019 - Plongée au cœur d'un épisode cévenol

Message par Sébastien Fraud »

Merci Tristan ! Ça me fait penser que je suis toujours un peu hésitant sur la frontière entre cévenol et méditerranéen. L'ensemble de l'épisode était clairement méditerranéen, balayant toute la côte jusqu'en Italie avec un caractère orageux marqué, mais là où j'étais (ainsi que Vincent !), l'aspect orageux semblait absent, ou en tout cas, l'électricité. Un épisode méditerranéen peut-il être qualifié de cévenol si l'on se concentre sur la zone géographique des Cévennes ? Je sais qu'il faut aussi considérer la durée de l'épisode, les cévenols étant potentiellement plus étalés dans le temps. Alors, quid ?

Albert : merci à toi, en espérant te recroiser à l'occasion :)

Pour ceux que ça peut intéresser, j'ai publié sur Béhance un "récit photographique" de cette aventure, moins long et moins axé sur le descriptif et plus sur l'aspect évocateur et poétique (un bien grand mot) des choses. C'est ici : https://www.behance.net/gallery/96932983/Heart-of-Chaos (attention, texte en anglais)

Avatar du membre
Rodac
Ancien
Messages : 255
Enregistré le : jeu. mars 27, 2008 22:39
Localisation : Prilly, près de Lausanne, Suisse
Contact :

Re: 22/23 novembre 2019 - Plongée au cœur d'un épisode cévenol

Message par Rodac »

Merci Sébastien de nous avoir partagé ce récit très touchant et hors du commun ! :)

Répondre